Parutions

Le livre du Dr Triki Yamani est remarquable à plus d’un titre. Son premier mérite est de rappeler fortement ce qu’ont été à
l’époque médiévale les échanges intellectuels Tlemcen – Béjaia. Les savants médiévaux de Tlemcen étaient venus à Béjaia
pour diverses raisons (études, pèlerinage, …). Pour Hadj Yama, c’est plutôt la crise de logement à Alger à la fin des années
1960 qui est à l’origine de son installation dans la ville lumière.
Le récit commence par ce qu’avait été la Tlemcen des années 1940 – 1950, à travers le regard d’un gamin issu des milieux
défavorisés. La description des quartiers traditionnels et des environs nous plonge dans un univers « magique », illustré par
les « quatre cents coups » d’une « bande de gamins » (Fethi, Jawad, Halim Inal…). Il se termine dans la «Bougie» de la fin
des années soixante, cernée à travers la vie d’un couple d’universitaires bien intégré dans un milieu citadin privilégié.
L’ouvrage se lit d’un trait. Cela est dû au style d’écriture particulier alliant un brin d’humour à la description. Tout au long de
la lecture, il se dégage un sentiment de sérénité.
Le Dr Triki Yamani a le sentiment d’avoir vécu une période charnière et de « transition ». Tout au long du livre, il ne manque
pas de rendre hommage à ses maîtres, que ce soit dans le domaine de la médecine ou bien dans celui de ses passions : la
musique andalouse et le volley ball. Quel plus beau témoignage à léguer aux générations futures.
(Extraits de la Préface du Pr Djamil Aissani)

Cet ouvrage rédigé par des acteurs et témoins directs de l’Union Nationale des Etudiants Algériens (UNEA) vise à fournir aux étudiants de la génération actuelle, quelques fragments d’histoire portant sur les combats qu’ils ont menés entre Juin 1965 et Janvier 1971, date de la dissolution de l’organisation des étudiants par les autorités.

Cet ouvrage est une quête de la vérité des chiffres dans le domaine de l’agriculture. Il interroge la pertinence des statistiques agricoles disponibles et tente de déconstruire le discours officiel sur les performances supposées de l’agriculture algérienne, à partir d’une série d’observation sur la cohérence des résultats affichés

Cette chronique s’articule autour de faits historiques marquants, depuis la prise de Béjaïa (Bougie) par l’armada espagnole de Charles Quint en 1510 jusqu’en juillet 1962, date de la première levée du drapeau algérien.

Fernand Gallinari

Cet essai est une autobiographie de Fernand GALLINARI, fils de militants communistes algériens de Bab El Oued, il consacre son engagement au PAGS (issu du PCA) depuis son plus jeune âge.

Note_Pierre_Blanc_sur_Omar_Bessaoud
Compte_Rendu_El-Moudjahid_Kamel_Kateb

Lire le compte rendu du journal algérien « El Moudjahid » en cliquant sur l’icône ci-dessous :